« Deux plus deux font quatre » 

2+2=4

 

Exposition d'artistes dissidents de Hong Kong et de Chine

Ce title inspiré de la citation “La liberté, c’est la liberté de dire que deux et deux font quatre. Lorsque cela est accordé, le reste suit.” de George Orwell.

Du 21 juin au 2 juillet 2022, les heures d'ouverture du cinéma

Cinéma L'Épée de Bois

100 rue Mouffetard, 75005 Paris

Métro : Ligne 7 Place Monge / Censier-Daubenton

Deux plus deux font quatre :

Exposition d’artistes dissidents de Hongkong et de Chine

« La liberté, c’est la liberté de dire que deux et deux font quatre. Lorsque cela est accordé, le reste suit. » lit-on dans 1984 de George Orwell. Que faire face à la puissance écrasante de la Terreur Blanche ? Où trouver l’espoir ?

 

Les manifestations prodémocratie de Hong Kong en 2019 étaient grandes tant par leur ampleur que par leur impact. Plusieurs événements marquants du mouvement sont les sujets de deux documentaires présentés au premier Festival du Film Hongkongais de Paris : « Taking Back the Legislature » et « Inside the Red Brick Wall ». L’artiste anonyme Harcourt Romanticist a interprété la scène historique de la prise du complexe du Conseil législatif en 2019. Le fait que cet artiste ait choisi l’anonymat pour créer depuis 2019 est révélateur du recul de la liberté d’expression.

La diminution des libertés de la presse, d’Internet, et d’expression est une autre conséquence majeure du renforcement du contrôle politique du gouvernement chinois sur Hong Kong, notamment par l’imposition d’une loi de sécurité nationale le 1er juillet 2020, dont on peut dire qu’elle a marqué le début d’une «Terreur Blanche» . Les arrestations au nom de la sécurité nationale, puis la fermeture du journal hongkongais Apple Daily en 2021 ont constitué l’un des coups les plus rudes portés à la liberté de la presse dans l’histoire récente de la ville. Des journalistes et des dirigeants ont été emprisonnés et risquent la prison à perpétuité pour avoir publié des articles. Les deux illustrations des artistes hongkongais Ah To et Lau Kwong Shing sont des réponses à la menace qui pèse sur la liberté de la presse.

 

Un grand nombre de Hongkongais ont pris la voie de l’émigration ou de l’exil vers des pays plus libéraux. Parmi ceux qui restent à Hong Kong, plutôt que de céder à la terreur, certains continuent de témoigner, d’enregistrer, et de créer dans les limites d’un champ de liberté qui ne cesse de se réduire. Le groupe Lady Liberty HK et le journaliste anonyme Boom Head en font partie. Les œuvres exposées ici témoignent de leur courage de continuer à dire « deux plus deux font quatre».

 

De l’autre côté, certains artistes se sont imposés l’exil, comme Kacey Wong et Ah To, afin de rechercher un espace vital où ils peuvent insuffler de la liberté dans leurs créations artistiques. Ils font partie des hordes de Hongkongais déracinés constituant des forces de résistance à travers le monde, dont ici à Paris. L'œuvre interactive de Chiang Seeta témoigne de la manière dont la répression à Hong Kong se transforme en quêtes de liberté animées ailleurs d‘une grande énergie. Les passeports de Kacey Wong délivrés aux dissidents hongkongais les mèneront-ils sur une terre d’espoir et de libération ?

Artistes exposés :

kidnap-by-kacey-wong-36.jpg
黃國才-六四29周年-20180601151045_1d80_large_edited.jpg

Kacey Wong 黃國才

(Hong Kong)

Kacey Wong, l'un des artistes les plus célèbres de Hong Kong, a annoncé mardi 3 août qu'il avait déménagé à Taiwan pour fuir la répression de la dissidence et retrouver une "liberté totale". Son départ est un nouveau coup porté à la réputation de Hong Kong, autrefois considérée comme un lieu privilégié d'expression et de liberté artistique. 

L'artiste, âgé de 51 ans, a publié sur Facebook une vidéo en noir et blanc dans laquelle il interprète l'ode mélancolique de Vera Lynn, We'll Meet Again (Nous nous reverrons). "Partir n'est pas facile, rester est aussi difficile", a-t-il écrit.

Site web

Interview sur Franceinfo

黃國才-六四29周年-20180601151045_1d80_large_edited.jpg
Lau_Kwong_Shing.webp
2.Thesubduedmass_540x.webp

Lau Kwong-shing 柳廣成

(Hong Kong)

Lau Kwong-shing

Détaillé, intense et comique, Lau est habile à utiliser ses coups de pinceau pour accentuer les personnages principaux et l'atmosphère environnante. Il communique ses motifs à l'aide de figures et de langages comiques.

Ayant passé son enfance à Kyoto, au Japon, les premières œuvres de Lau ont été profondément influencées par la culture manga locale. Sa direction créative a montré des changements drastiques après avoir participé au Festival international de la bande dessinée d'Angoulê en 2017. En tant que partisan déclaré du mouvement pro-démocratique, Lau vit désormais à Taïwan et y crée continuellement de nouveaux projets.

Artiste multimédia distingué, Lau a publié et remporté des prix pour ses dessins de bande dessinée, ses peintures et ses films. Il a publié et publié en série plus de dix courtes bandes dessinées sur différentes plateformes internationales telles que "Cube Escape : Paradox " aux Pays-Bas, " Fantaisie Ordinaire ", "Hong Kong, cité déchue " en France et en Belgique, " The Fallen City : Hong Kong" à Taiwan et plusieurs ouvrages à Hong Kong. Il a également largement publié ses peintures en colonnes dans des publications telles que Zihua, Ming Pao, Breakazine, City Magazine, Fountain, et a participé au Monsoon vol.4, Days of ACG, Comic O vol.4. Lau est également actif dans la production de courts métrages d'animation avec plus de dix courts métrages d'animation projetés dans des cinémas et au Times Square de Hong Kong.

Instagram

harcourt-romanticist-1-1024x682.jpg
harcourt-romanticist-5-e1625303706484-853x1024.jpg

Harcourt Romanticist

(Hongkong)

Harcourt Romanticist est un artiste anonyme de Hong Kong qui a réalisé la première création sous ce nom à l'été 2019. Il dit : " tout le monde, rappelez-vous que nous écrivons l'histoire. Elle n'est pas encore là, mais elle le sera dans le futur. Nous écrivons l'histoire de la libération de Hong Kong qui se trouvera dans un musée à l'avenir.

Instagram

5084fbb0-c52f-11ec-bfff-431e9b236863.jpg
Comic_Tempe_ (1).jpg

Ah To 阿塗

(Hong Kong)

Ah To  (de son vrai nom : Ng Ka Chuen) est un illustrateur et un dessinateur de bandes dessinées de Hong Kong. Depuis le début des années 2010, Ah To publie ses créations comiques et ses "adaptations secondaires" sur le célèbre forum en ligne de Hong Kong "Gordon Forum" pour faire la satire de la politique actuelle de Hong Kong. En 2011, sa série de bandes dessinées d'art politique - "Gordon Monster Cards" - a été populaire parmi les net-citoyens et les jeunes de Hong Kong, et a été publiée par CUP Publishing. Au cours des années suivantes, Ah Tu a travaillé sur une série de bandes dessinées d'art politique - "Gordon's Monster Cards". Dans les années suivantes, Ah To s'est consacré à la bande dessinée politique et a publié un certain nombre de bandes dessinées politiques à succès et de livres sur la culture pop de Hong Kong. Jusqu'en 2019, Ah To a exposé et remporté de nombreux prix lors d'expositions de bandes dessinées et de pop art à Hong Kong et au Japon. En avril de cette année, en raison des restrictions à la liberté d'expression causées par la loi sur la sécurité nationale, Ah To a finalement quitté Hong Kong et s'est installé au Royaume-Uni pour poursuivre son travail créatif.

Instagram

images.png
49299685421_7e47c7f131_b.jpg

Lady Liberty HK

香港民主女神

(Hong Kong)

Lady Liberty HK est un groupe d'artivistes pro-démocratie à Hong Kong. Formé au début des manifestations de 2019-2020 à Hong Kong, le groupe s'est engagé à rallier les Hongkongais, à fournir un soutien aux manifestants et à sensibiliser la communauté internationale à la lutte de Hong Kong pour la démocratie. 

Partagé entre la politique et l'art, Lady Liberty HK n'est pas reconnu par le monde de l'art traditionnel ; au lieu de cela, le groupe est connu pour ses coups de publicité et ses expositions auto-organisées. L'œuvre la plus emblématique de Lady Liberty HK porte le même nom que le groupe ; une statue blanche pure de 4 mètres ressemblant à la tenue typique d'un manifestant, financée par le crowdfunding et construite par la foule en moins d'une semaine. 

Tout au long de l'année 2019, la statue a été exposée de manière illicite lors de rassemblements et de manifestations à travers Hong Kong, pour finalement être hissée au sommet de Lion Rock par une nuit d'orage. Cet acte a immédiatement attiré l'attention de presque tous les grands médias du monde entier, et par la suite, la statue a été vandalisée et jetée d'une falaise par des assaillants inconnus en moins d'une journée.

Depuis lors, Lady Liberty HK a poursuivi son travail. Elle apporte son soutien aux manifestants, participe à des rassemblements et organise des expositions dans le monde entier, "détourne" Art Basel, met en scène des performances d'envergure internationale, encourage l'éducation civique par le biais de la série de bandes dessinées Climbing Reading Club et préserve numériquement le pilier de la honte.

Facebook

channels4_profile.jpg
286563883_726737848377059_1110998303710795747_n.jpg

Chiang Seeta 蔣不

(Chine)

Chiang Seeta

Né en Chine 1531 jours après le 4 juin 1989, il a tourné des documentaires, œuvré comme sélectionneur de films, travaillé comme chauffeur de taxi, et été détenu dans des commissariats de Police à plusieurs reprises. Arrêté en 2012 pour "incitation à la subversion du pouvoir de l’État" en Chine, il vit et exerce aujourd'hui son métier d'artiste contemporain à Paris.

Site web

Instagram

273148147_756540595737860_1829099494058479791_n.jpg
285196199_844627970262455_4838129573985206637_n.jpg

Boom Head

(Hong Kong)

Boom Head est un journaliste indépendant.
Né et travaillant à Hong Kong. Depuis 2019, il travaille en tant que journaliste indépendant et collabore avec certains médias en ligne. Il est allé à Paris pour rapporter la grève générale en décembre 2019 et s'est fait tirer dessus par la police française. Depuis lors, il n'a jamais quitté Hong Kong. Récemment, il a lancé sa propre chaîne d'information sur les médias sociaux pour éviter l'autocensure.

Facebook

Instagram

 
 
 
 
 
 
 
 
284138335_1362221350922009_4556797765852569135_n.jpg

Atelier d’art militant de Hong Kong

Rencontre avec l'artiste militant M. Kwok YT, maître dans l’art de l’origami

Du 21 juin au 2 juillet 2022, tous les jours 19h–20h

Cinéma L'Épée de Bois

100 rue Mouffetard, 75005 Paris

Métro : Ligne 7 Place Monge / Censier-Daubenton

photo_2022-05-02_13-09-29_edited_edited.jpg

KWOK Y. T. est un artiste d'origami de Hong Kong qui participe à la conception et à la production de diverses œuvres d'art liées au mouvement contre le projet de loi d'extradition en 2019. Ces œuvres d'art ont été exposées sur les murs Lennon et dans les commerces pro-démocratie de tout Hong Kong. Ses œuvres les plus emblématiques comprennent Hong Kong Resistance Trilogy, 200+1 et Day and Night of Prince Edward Station. KWOW Y. T. est basé en Europe et continue de produire des œuvres d'origami à l'étranger. Il s'est engagé à préserver l'esprit du mur Lennon et à raconter l'histoire des Hongkongais au monde entier.

Suivez son Instagram : @hkphoenix_yt

Plus de détails seront annoncés prochainement
Restez en contact avec nous

photo_2022-05-02_13-09-29_edited_edited.jpg